Étiquette : reconversion professionnelle

Reconversion professionnelle, vers quel métier se tourner ?

Reconversion professionnelle, vers quel métier se tourner ?

Quels métiers recrutent ?

Quels métiers recrutent ?

Après la crise sanitaire sans précédent qui a interrompu le cours de l’année 2020, crise au cours de laquelle il était quasiment impossible de trouver un nouvel emploi, il semble que 2021 puisse compter sur l’arrivée de projets d’embauche.

En effet, comme le montre une enquête de Pôle Emploi publiée le 4 mai (réalisée en collaboration avec le Crédoc et portant sur plus de 450 000 établissements), les entreprises pourraient augmenter considérablement le nombre de projets d’embauche :

« Interrogées sur 2020, les entreprises sont optimistes et prévoient plus de 2,723 millions d’embauches, soit 30 000 de plus qu’en 2019, dernière année où les intentions d’embauche étaient prêtes à se concrétiser.

64,2 % des projets d’embauche concernent des emplois sur le long terme (21,5% de CDD de plus de six mois et 42,7% de CDI). Plus d’un établissement sur quatre vise la location (26,4 %) et plus de deux embauches sur trois concernent des entreprises de moins de cinquante personnes, selon le rapport. »

Parmi les métiers qui embauchent le plus en 2021 :

  • Agents d’entretien de locaux (89 500 postes)
  • Aides-soignants (71 800 postes)
  • Aides à domicile et aides ménagères (69 300 postes)
  • Aides de cuisine, apprentis de cuisine et employés polyvalents de la restauration (54 900 postes)
  • Employés de libre-service (46 100 postes)
  • Ingénieurs et cadres d’étude, recherche et développement en informatique, chefs de projets informatiques (44 000 postes)
  • Ouvriers de manutention (43 500 postes)
  • Infirmiers (37 600 postes)
  • Agents de sécurité et de surveillance (35 300 postes)
  • Artistes (musique, danse, spectacles) (34 600 postes)
  • Secrétaires bureautiques et assimilés (33 800 postes)
  • Professionnels de l’animation socioculturelle (30 400 postes)
  • Serveurs de cafés restaurants (29 700 postes)
  • Ouvriers du BTP (29 600 postes)
  • Attachés commerciaux (29 000 postes)

Les métiers qui recrutent peu

La hausse des intentions d’embauche s’accompagne également d’une baisse des difficultés de recrutement. Celles-ci concernent 44,9 % des projets d’embauche en 2021, contre 50,1% en 2019.

Parmi les professions qui ont le plus de mal à recruter, on retrouve les charpentiers, les couvreurs, les plombiers, les chauffagistes, les carrossiers, les mécaniciens, les bouchers, les aides à domicile et les aides ménagères, mais aussi les médecins et autres professionnels paramédicaux.

Les principales difficultés de recrutement sont, selon les employeurs, le manque de candidatures (77%) et le profil inadapté des candidats (75%). Viennent ensuite les conditions de fonctionnement (32%), le manque de ressources économiques (23%), le manque d’image de l’entreprise et de la profession (18%), l’accès au lieu de travail (16%) et enfin les procédures internes de réalisation (14%).

Quel métier faire en 2021 ?

Quel métier faire en 2021 ?

Secteur de la santé

La crise sanitaire a fait prendre conscience de la nécessité du secteur de la santé. Le nombre de postes disponible augmente donc en conséquence. Voici un certain nombre de rôles qui recrutent pour les prochaines années dans le secteur de la santé :

  • Infirmière
  • Infirmière auxiliaire
  • Assistant médical

Les professions médicales devraient encore plus recruter dans les années à venir. Diverses formations sont accessibles à tous les demandeurs d’emploi et aux salariés voulant se reconvertir. Dans le cadre d’une reconversion professionnelle, il est difficile d’entamer de longues formations pour devenir médecin ou pharmacien. En revanche, plusieurs écoles d’infirmières ou d’aides-soignantes proposent des formations beaucoup plus courtes.

Aide à la personne

L’aide à domicile met l’accent sur les relations humaines et donc sur l’accompagnement des personnes les plus fragiles. Les rôles associés aux services d’aide à la personne ne sont pas uniquement des emplois liés à la santé. Vous pouvez travailler comme cuisinier à domicile, assistant social, garde d’enfants, etc. Les métiers d’aide aux personnes âgées, notamment, constituent des secteurs d’activité à fort potentiel.

Ce secteur d’activité comprend un grand nombre de postes très répartis. Un certain nombre de ces emplois nécessitent un accompagnement, d’autres ne requièrent aucune certification. N’hésitez pas à essayer de faire un travail de fond pour trouver l’emploi qui correspond le mieux à vos compétences personnelles et professionnelles.

Vous pouvez soit consulter les offres d’emploi du secteur pour savoir ce qui est attendu, soit consulter les sites web des entreprises spécialisées pour obtenir des informations clés.

Transports et logistique

Les différents confinements ont provoqué une explosion du chiffre d’affaires des sociétés de e-commerce. Le traitement des colis et des produits et donc l’acheminement des commandes ont augmenté le nombre d’offres d’emploi dans les secteurs du transport et de l’approvisionnement. Parmi les métiers les plus recherchés pour le recrutement, on trouve :

  • Agent de tri
  • Gestionnaire de stock
  • Responsable logistique
  • Cariste
  • Magasinier
  • Préparateur de commandes

Pour ce qui est des aides pour financer votre formation, le CACES peut vous aider.

Le financement de ces formations peut vous permettre de lancer votre reconversion professionnelle avec les bons outils, compétences, diplômes, etc.

Numérique

De nombreuses évolutions numériques ont eu lieu au cours des deux dernières années. Les plateformes d’e-commerce se créent, les ventes en ligne explosent et des opportunités se créent. Dans le secteur de l’informatique, les développeurs web ont le vent en poupe et de nombreux emplois leurs sont proposés.

Le secteur du numérique et de l’informatique devraient offrir de nombreux postes dans les années à venir. Par ailleurs, il est à noter que les sociétés informatiques font face à une pénurie de ressources humaines qualifiées.

Les métiers du web et du e-commerce sont des domaines qui ont beaucoup de potentiel. Si vous appréciez la relation client ou si vous aimez le numérique en général, ce secteur peut vous intéresser. Quelques exemples de postes :

  • Community manager
  • Chef de produit web
  • Webmaster
  • Web planner
  • Responsable du service client

Notez que pour les métiers du numérique, plusieurs formations peuvent se faire en ligne, et donc à distance. Vous prendrez ainsi en compte votre reconversion professionnelle en vous formant en dehors de vos heures de travail.

Fonction publique

L’administration recrute beaucoup en ce moment. Quitter son emploi pour devenir professeur de lycée, d’université ou de faculté peut être un changement de carrière. Pour y parvenir, il faut toutefois disposer de bonnes connaissances.

Gardez à l’esprit qu’une reconversion dans l’éducation nationale demande du temps puisqu’il faut travailler ses concours. En plus de l’enseignement, l’administration recrute des fonctionnaires dans plusieurs autres domaines. Dans la plupart des cas, votre seule expertise ne suffira pas pour obtenir un avantage. La préparation aux concours est obligatoire et décisive.

Quels métiers pour se reconvertir à 40 ans ?

Quels métiers pour se reconvertir à 40 ans ?

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles les quadragénaires tentent de changer de carrière : le secteur dans lequel ils travaillent ne les passionne plus, ils ont trop de travail, leur santé mentale ou physique commence à se détériorer…

Certaines personnes peuvent commencer à faire attention à leur santé, recommencer à faire du sport, manger Bio…. mais d’autres peuvent avoir besoin de relever de nouveaux défis professionnels.

Cependant, malgré l’association d’un besoin irrésistible de changer leur vie, plusieurs refusent de se lancer. Pourtant, le milieu de la vie est en fait l’âge optimal pour créer un changement de carrière. Voici quelques raisons pour lesquelles vous devez passer à l’action :

Vos principaux atouts

Expérience

L’un des grands avantages d’une réorientation professionnelle à quarante ans est que vous avez accumulé une solide expertise et développé plusieurs compétences. Changer de profession ne signifie pas repartir de zéro, mais savoir mettre ces compétences à profit dans une activité nouvelle.

Maturité

Avoir quarante ans suggère que l’on a la capacité de prendre du recul par rapport à son travail, sa vie, son standing et ses compétences. Bien sûr, vous pouvez quitter votre confort quotidien pour satisfaire un besoin d’épanouissement personnel, mais vous êtes assez mûr pour ne pas vous lancer sur un coup de tête, car généralement, vous avez un emprunt à rembourser, des enfants à élever… En bref, vous êtes responsable.

Sécurité

Une reconversion professionnelle nécessite généralement des investissements monétaires (formation, création d’entreprise…) et une excellente volonté de motivation. C’est en fait souvent plus facile quand on a quelques économies, un deuxième salaire régulier, une famille, des amis proches… Cependant, à 40 ans, il est beaucoup plus fréquent de posséder cette stabilité qu’à 30 ans.

Se reconvertir dans des métiers et des secteurs qui recrutent

Si la sécurité de l’emploi est votre priorité, optez pour des métiers et des secteurs qui recrutent. Le domaine des nouvelles technologies, le numérique, la santé et les services aux particuliers sont des secteurs très convoités aujourd’hui, où l’expertise et la maturité sont valorisées. Les quarantenaires sont donc éligibles à une formation et donc à une reconversion.

A vous ensuite de repérer les métiers qui peuvent vous convenir : infirmier, développeur informatique ou masseur, par exemple.

Une occasion de vivre de votre passion

Vous avez toujours rêvé d’être fleuriste, mais la raison (et vos parents) vous en ont toujours empêché ? À quarante ans, vous avez l’expertise nécessaire pour lancer votre propre business, avec les compétences pour maîtriser tout ce qui administratif (comptabilité, logistique, gestion du personnel…). La quarantaine offre également une meilleure aisance financière pour prendre un poste.

Parmi les métiers les plus en vogue, ceux de l’artisanat et du petit commerce font fureur : pâtissier, fromager, armurier, fleuriste, traiteur, libraire, etc…

À lire aussi:

Toutes les aides à la reconversion professionnelle

Bilan: toutes les aides à la reconversion professionnelle

Vous avez envie de faire une reconversion professionnelle ? Vous ne savez pas vraiment comment vous y prendre ? Cela vous semble vraiment compliqué ? Pas de panique, nous allons vous donner tous les conseils nécessaires au sein de cet article pour que vous puissiez vous reconvertir dans le métier de votre choix. Nous détaillerons ensemble les différents dispositifs qui existent à l’heure actuelle.

Comment financer sa reconversion professionnelle ?

Comment financer sa reconversion professionnelle ?

Vous souhaitez changer de métier ? Il est parfaitement possible de financer votre projet de reconversion professionnelle. Lorsque vous décidez de changer de métier, il est important de faire un bilan professionnel. En effet, se reconvertir permet de savoir ce dont vous avez envie d’un point de vue professionnel, mais également de choisir un secteur qui puisse parfaitement vous convenir. Il existe de nombreuses formations professionnelles qui peuvent vous aider dans cette démarche, elles sont souvent couteuses, mais osez investir sur vous !

Avec la conjoncture actuelle, il est logique de se poser ce genre de question. En manque de contact humain ou en adoration devant le télétravail, vous comprenez sans doute mieux ce qui est fait pour vous et, cela vous donne envie de changer d’air. Avec les différentes aides disponibles en France vous pourrez, nous l’espérons, financer votre projet !

Salarié : les aides mises à ma disposition

Salarié : les aides mises à ma disposition

Lorsque l’on est salarié et que l’on exerce le même métier depuis de nombreuses années, il est plutôt difficile de faire une reconversion professionnelle. Néanmoins, vous ne serez pas tout seul puisque vous pourrez trouver des aides en ligne qui sauront répondre à vos besoins. Voici un petit aperçu de ces dernières :

  • Le compte CPF : le compte personnel de formation est plutôt intéressant. En effet, ce dernier permet tout simplement de vous aider à payer les formations qui vous plaisent le plus. En effet, chaque année vous avez accumulé des sous sur ce dernier : c’est le moment de les dépenser.
  • Le plan de développement des compétences. On le connaît également sous le signe PDC. C’est ce qui a remplacé le plan de formation. Ainsi, c’est à l’employeur de mettre cette aide en place afin que les employés puissent maintenir ou obtenir de nouvelles compétences dans un domaine bien précis. Bien évidemment, le salaire garde sa rémunération pendant le temps de formation.
  • Le CPG transition professionnelle. C’est ce qui remplace le CIF. Il offre tout simplement la possibilité au salarié de suivre une formation dans le but de faire une reconversion professionnelle. C’est une démarche propre au salarié  qu’il doit initiée lui-même.
  • Pro-A (reconversion ou promotion par l’alternance) : c’est un dispositif qui permet au salarié de favoriser leur évolution ou leur promotion. C’est une démarche qui peut s’inscrire en complément du PDC ainsi que du CPF.

Comme vous pouvez le constater, les salariés possèdent de nombreuses aides. Il ne vous reste plus qu’à choisir celle qui vous convient le mieux pour votre reconversion professionnelle.

Demandeur d’emploi : les aides mises à ma disposition

Demandeur d’emploi : les aides mises à ma disposition

Les demandeurs d’emploi ont également la possibilité de se former afin de se reconvertir. Voici une petite liste des différentes aides que ces derniers possèdent :

  • Aide de retour à l’emploi formation ou AREF : les personnes bénéficiants de l’aide de retour à l’emploi (ARE) qui peuvent prétendre à cette aide. Ainsi, ils doivent suivre une formation Pôle Emploi dans le but de trouver un métier à la suite de cette dernière.
  • Le compte personnel de formation : c’est aussi une possibilité que le demander d’emploi peut envisager. Le CPF reste ouvert même lorsque l’on est au chômage.
  • La rémunération des formations de Pôle Emploi ou RFPE : c’est tout simplement une indemnité qui est donnée à demandeur d’emploi qui suit une formation Pôle Emploi.
  • L’action de formation préalable au recrutement : cette formation à pour objectif de combler l’écart qu’il existe entre les compétences détenues par un candidat et les compétences requises pour l’emploi visé.
  • La préparation opérationnelle à l’emploi individuelle : c’est une aide qui s’adresse à toutes personnes inscrites à Pôle Emploi et qui permettent de suivre une formation pour acquérir des compétences nécessaires pour différents postes.
  • L’action de formation conventionnée : cette aide permet de développer la gamme de compétences d’une personne en recherche d’emploi.
  • L’aide individuelle à la formation : elle permet de suivre une formation qui n’est pas couverte par d’autres dispositifs de financement.
  • Préparation opérationnelle à l’emploi collective : elle permet de former des demandeurs d’emploi à des métiers recrutant en masse.
  • Le chèque formation : c’est une aide régionale qui permet au demandeur d’emploi de suivre une formation sanctionnée par un diplôme ou un titre professionnel RNCP.
  • La rémunération de fin de formation : elle est destinée aux demandeurs d’emploi en fin de droit ayant entamé une formation auprès de Pôle Emploi.

Ainsi, si vous êtes en recherche d’emploi depuis quelques temps, que vous ne trouver pas de travail, n’hésitez pas à vous former pour développer vos compétences. Que ce soit pour réaliser une reconversion totale ou juste acquérir de nouveaux savoir-faire, former vous ! Vous en ressortirez grandit, plus compétant et cela permettra de sortir de votre routine quotidienne et surtout vous permettra de continuer à avancer, go !

Pour plus de détails, regardez cette vidéo réalisé par Pôle Emploi

Fonctionnaire : les aides mises à ma disposition

Ce n’est pas parce que vous êtes fonctionnaire que l’envie de changer de travail ne se fait pas sentir. L’ennui, la démotivation et la fatigue psychologique peuvent être des facteurs de reconversion récurant chez les fonctionnaires. Voici quelques aides pour vous aider, vous fonctionnaires à changer de vie et vous reconvertir :

  • Le compte CPF (pour en savoir plus sur le Compte Professionnel de Formation, clickez ici)
  • Le congé de formation professionnelle : il permet de financer des stages ou des formations à caractère professionnel. Il est possible de le cumuler avec le CPF.
  • La période de professionnalisation : c’est une aide dédiée aux agents de la fonction publique hospitalière. Ils pourront donc acquérir de nouvelles compétences et se former à un autre métier.
  • Le congé formation-mobilité des fonctionnaires de l’état : c’est un congé qui permet tout simplement de favoriser la mobilité et le détachement d’un fonctionnaire de l’État.

Que ce soit l’envie de changement, la recherche de sens au sein de son travail, ces quelques aides on pour objectif de permettre aux fonctionnaires de prendre un nouveau départ.

Merci à « Le Cnam en Grand Est » pour cette vidéo de qualité ! 

Entrepreneur, freelance : les aides mises à ma disposition

Pour les non-salariés, il est parfaitement possible de trouver de nombreuses aides également. Voici quelques informations qui devraient certainement vous aider à y voir plus clair :

  • L’association de gestion et du financement de la formation des chefs d’entreprise ou AGEFICE : c’est un dispositif qui permet tout simplement aux dirigeants d’entreprises de faire des formations. Si vous avez un conjoint collaborateur, il faut savoir que la prise en charge est aussi possible pour ce dernier. Notons également que vous pourrez facilement avoir des coûts pédagogiques et inclus que l’on connaît sous le nom de « forfait déplacement ».
  • Les fonds d’assurance formation des chefs exerçants une activité artisanale ou FAFCEA : si vous exercez une activité artisanale, c’est une aide qui peut parfaitement vous correspondre. Une fois de plus, le conjoint collaborateur peut être pris en charge dans ce type de dispositif.
  • Les fonds d’assurance formation professions médicales : si vous exercez une profession libérale médicale comme infirmière, par exemple, vous pourrez prétendre à cette aide. La prise en charge est aussi possible pour le conjoint collaborateur.
  • Les fonds professionnels de formation des professions libérales : si vous exercez une profession libérale, c’est vers ce dispositif que vous devrez vous diriger. Le conjoint collaborateur peut aussi être pris en charge.
  • Les fonds pour la formation des entrepreneurs du vivant : si vous êtes chef d’entreprise agricole, du paysage ou de travaux forestiers, c’est le dispositif qui vous correspond.

Comme vous pouvez le voir, les aides au professions non salarial sont très segmenté par activités et englobe une grande partie du marché. Elles se développent de plus en plus, n’hésitez pas à contacter des professionnels pour être au courant des nouvelles aides, vous pouvez alors nous contacter nous directement par téléphone.

Pour savoir si votre domaine d’activité est pris en compte par l’AGEFICE, regardez cette vidéo !

J’ai un handicap : les aides supplémentaires mises à ma disposition

Bien évidemment, il existe de nombreuses aides pour les personnes handicapées. Pour que vous puissiez facilement vous y retrouver, voici les différentes aides auxquelles vous avez le droit :

  • L’association de gestion du fonds pour l’insertion des personnes handicapées : c’est un dispositif qui est réservé aux personnes étant reconnues comme travailleurs handicapés par la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées. Le titulaire de la carte invalidité et de l’allocation adulte handicapé sont également concernés par ce dispositif.
  • Les fonds d’insertion des personnes handicapées de la fonction publique : son objectif est d’accompagner les personnes en situation de handicap vers l’emploi public ou de les aider à conserver une activité professionnelle en compensant leur handicap.

L’ensemble des dispositifs pour les personnes handicapées peuvent être couplés avec d’autres aides en fonction de votre situation. Ainsi, vous pourrez vraiment être pris en charge comme bon vous semble, ce qui est plutôt une bonne nouvelle.

les aides supplémentaires mises à ma disposition

En conclusion, il est parfaitement possible de trouver des aides pour une reconversion professionnelle. Il suffit simplement de savoir dans quelle catégorie vous vous trouvez, pour opter pour l’une des aides proposées. N’hésitez pas à opter pour celle qui est la plus avantageuse pour vous. Gardez en mémoire que votre principal but est de trouver un métier qui vous correspondent en tout point et gagner un peu d’argent, c’est toujours utile ! Il ne vous reste plus qu’à trouver une formation qui puisse correspondre à vos attentes ! Une fois cette dernière effectuée, vous pourrez vous diriger vers un autre corps de métier. Pratique, non ?

À lire aussi:

Reconversion professionnelle, le chemin de la liberté ?

Le confinement causé par la crise sanitaire a été l’occasion pour de nombreuses personnes de questionner leur rapport au travail. Côté pile, cette « pause forcée » a pu faire naître une envie de reconversion professionnelle. Côté face, le contexte économique peut vous décourager dans cette démarche. Mais n’est-ce pas justement le moment de se lancer ? La meilleure tactique pour surmonter la tempête est… de ne pas rester à quai !

La reconversion professionnelle en quelques chiffres ?

D’après une étude mené par Nouvelle vie Professionnelle, près de 93% des actifs interrogés ont déjà songé à une reconversion professionnelle. 55% de ces actifs ont envie mais non pas osé franchir le Cap, 21% sont en pleine reconversion et 17% ont déjà fait une reconversion.

Pourquoi se lancer dans une reconversion professionnelle ?

Il existe mille et une raison pour lesquelles vous avez l’idée de vous diriger droit vers une reconversion professionnelle :

  • Votre emploi actuel ne vous mènera nulle part
  • Vous avez subi un licenciement
  • Vous avez subi un accident de travail et ne pouvez plus exercer votre profession
  • Vous vous rendez compte que le métier que vous exercé n’est pas celui dont vous rêvez
  • Vous cherchez plus de liberté
  • Ou tout simplement, vous souhaitez voir autre chose

Quoiqu’il en soit, une reconversion professionnelle, doit être mûrement réfléchie et nécessite les bonnes démarches pour y parvenir.

Par où commencer sa conversion ?

Pour que cette transition soit réussie, vous devez vous y prendre étape par étape.
La bonne marche à suivre, se fait en 5 grandes lignes à suivre :

1/ Se poser les bonnes questions :

Se lancer dans une reconversion professionnelle, c’est prendre le temps de construire et faire mûrir votre projet professionnel. Cela passe d’abord par une introspection personnelle sur les raisons qui vous poussent à vous reconvertir. Pourquoi j’ai envie de ce changement ? Qu’est ce qu’il ne me plait plus dans mon travail ? Suis-je suffisamment motivé pour aller jusqu’au bout ?

2/ Mieux se connaître

Réaliser un bilan de compétences vous permettra de faire un point sur votre carrière, sur vos compétences, et sur vos motivations. Un excellent exercice qui vous aidera à prendre le recul nécessaire, à vous ouvrir de nouvelles perspectives. Le bilan de compétences peut être réalisé par des organismes de formations et complètement ou partiellement financé en fonction de votre situation.

3/ Trouver le métier qui vous correspond

Le bilan de compétence vous donnera des pistes et des idées des métiers que vous pourrez exercer dans l’avenir. Renseignez vous sur ces métiers, les compétences nécessaires et les formations nécessaires. Renseignez-vous également sur les opportunités d’emploi et les entreprises qui embauchent dans ce secteur. N’hésitez pas également à faire appel avec des coachs professionnels.

4/ Se former

Vous avez trouver votre voie, et votre futur métier, il ne vous reste plus qu’à vous former. Renseignez-vous auprès des différents organismes de formations et ce qui existent et ce qui peut rentrer dans vos cordes (formations longues ou courtes, en présentielle ou à distance, etc…). Il existe de nombreux organismes qui peuvent vous aider à financer tout ou en parti votre formation notamment le CPF (Compte personnel de Formation), le PDC (Plan de Développement des Compétences), le PRO-A, Pole Emploi, etc…

5/ Se lancer

Vous êtes formé, vous êtes fin prêt à débuter votre nouvelle carrière. Mettez à jour votre CV et lettre de motivation et postulez ! N’hésitez pas à proposer votre profil à des entreprises en tant que salariés ou à proposer vos services comme freelance. Beaucoup de plate-forme du Web peuvent également vous aider dans votre recherche ou à vous faire connaître.

Reconversion professionnelle et pourquoi ne pas devenir salarié porté ?

reconversion professionnelle

Vous êtes prêt pour un nouveau métier, vous avez suivi chacune des étapes précédentes à la lettre… mais ce qui vous intéresse le plus c’est d’être libre et autonome, de ne plus avoir de hiérarchie, ou parce que les démarches administratives vous tracassent. Cependant le statut de salarié reste pour vous important et sécurisant.
Alors pensez au Portage Salarial.
En effet, en devenant salarié porté vous pourrez alors exercer votre métier en toute liberté et autonomie tout en bénéficiant du statut salarié et de tous les avantages que celui-ci procure (sécurité sociale, cotisation au chômage) y compris le droit à la formation qui pourrait vous être utile pour votre nouvelle carrière.

N’hésitez pas à lire nos articles sur le portage salarial :

Qu’est ce que le portage salarial ?

Pourquoi choisir le portage salarial ?