Étiquette : auto-entreprise

Auto-entrepreneuriat vs portage salarial: comment faire son choix ?

Auto-entrepreneuriat vs portage salarial

Vous voulez devenir indépendant et vous hésitez entre le statut d’auto-entrepreneur et l’alternative du portage salarial?

Mise en lumière de deux statuts très différents qui ne s’adressent en réalité pas tout à fait aux mêmes profils.

Le portage salarial

Définition du portage salarial


Le portage salarial est une forme d’emploi atypique et hybride qui conjugue l’autonomie et la
souplesse du travail indépendant avec les avantages et la protection du statut de salarié.
Son principe de base est de convertir une activité professionnelle indépendante en un emploi
indépendant avec contrat de travail et statut de salarié.
Le salarié de la société de portage assure une mission pour un client qui payera l’entreprise de
portage afin qu’elle rémunère à son tour le professionnel prenant en charge la mission.

Les avantages du portage salarial

Le portage salarial présente bien des avantages pour celui qui choisit ce statut :

  • Les avantages d’un salarié : protection sociale, chômage, retraite, etc…
  • La liberté et l’autonomie : le portage salarial vous offre la possibilité de négocier votre
    salaire, vos missions et votre temps de travail comme bon vous semble.
  • Le gain de temps : Vous n’aurez aucune démarche administrative à faire puisque c’est la
    société de portage salarial qui s’en chargera.
  • L’accompagnement : La société de portage salarial qui vous embauchera vous accompagnera
    tout le long de votre mission.
  • Chiffre d’affaire : Il n’y a pas de limite de chiffre d’affaire sur l’année
  • La déduction de frais : Il vous sera possible de faire déduire certains de vos frais tels que les
    frais liés à votre mission (déplacement, hébergement, restauration) ainsi que les frais liés au
    fonctionnement (téléphone, fournitures, etc…).

Les inconvénients du portage salarial

Cela dit, comme tout professionnel, le portage salarial présente également certains inconvénients:

  • Le salaire : votre salaire net représente environ 50% du montant qui sera facturé à votre
    client. Chez Quadridge Portage Salarial, nous pouvons vous faire gagner jusqu’à 54% du
    montant de vos honoraires HT.
  • La TVA : les factures émises en portage salarial sont soumises à la TVA et ce, quel que soit
    votre chiffre d’affaires annuel. Si vous exercez en France, la TVA appliquée est de 20%.

L’auto-entrepreneur

L'AUTO-ENTREPRENEUR

Définition, qu’est-ce qu’un auto-entrepreneur

La définition du régime de l’auto-entrepreneur est simple : régime de travailleur indépendant
simplifiant la gestion administrative grâce à un versement de cotisations unique et proportionnel au
chiffre d’affaires. Il s’applique aux personnes physiques qui créent ou possèdent déjà une entreprise
individuelle pour exercer une activité commerciale, artisanale ou libérale.

Les avantages de l’auto-entrepreneuriat

  • La simplicité : Le statut auto entrepreneur a été créé pour faciliter le démarrage d’une
    entreprise nécessitant que très peu d’investissement. En effet, en plus que les conditions
    soient très souples pour devenir auto-entrepreneurs, une simple déclaration pour
    commencer une nouvelle activité. De plus, sur le plan comptable, l’auto-entrepreneur n’est
    pas soumis au formalisme des obligations comptables des sociétés comme l’EURL ou SASU et
    n’a besoin que de tenir un livre de recette et conserver les justificatifs
  • L’avantageux régime social : Ce régime permet le règlement simplifié des cotisations et
    contributions sociales avec un paiement mensuel ou trimestriel, selon le choix de l’auto-
    entrepreneur. Le montant des cotisations sociales est déterminé par l’application d’un taux
    de cotisation sur le chiffre d’affaires déclaré. Ainsi, si le chiffre d’affaires réalisé est nul,
    l’auto-entrepreneur n’aura pas à payer de cotisations sociales.
  • Des avantages fiscaux : La fiscalité de l’auto-entrepreneur est particulière : franchise de TVA,
    possibilité d’opter pour le prélèvement forfaitaire libératoire ou encore bénéfice de certaines
    exonérations fiscales.

Les inconvénients de l’auto-entrepreneuriat

  • Un régime rigide : l’auto-entrepreneur est obligé d’avoir un compte bancaire exclusivement
    dédié aux transactions liées à son entreprise. Si son activité est une activité commerciale ou
    artisanale, l’auto-entrepreneur doit s’inscrire au registre du commerce ou au répertoire des
    métiers afin d’obtenir un KBIS.
  • Assurance : la majorité des auto entrepreneurs utilisent un véhicule dans le cadre de leur
    activité et sont tenus de souscrire à une assurance responsabilité civile pour leur véhicule.
  • Les charges : Les auto-entrepreneurs sont tenus de payer la taxe pour frais consulaire mais
    également la cotisation foncière des entreprises
  • Le chiffre d’affaire : le seuil du chiffre d’affaire en auto entreprenariat est particulièrement
    limité est peut être vite atteint.
  • Le régime sociale : Un auto-entrepreneur bénéficie de la couverture sociale des professions
    indépendantes (TNS/RSI), que ce soit pour des remboursements de consultations, des
    médicaments ou pour les droits à la formation continue. Il est donc affilié à la Sécurité sociale
    des auto-entrepreneurs et valide des trimestres de retraite mais en tant qu’indépendant. Il
    ne bénéficie pas de la couverture de l’assurance chômage en cas de cessation d’activité sauf
    si bien sûr il prend une assurance privée couvrant la perte d’emploi.
  • Risque financier : Le statut d’auto-entrepreneur ne permet pas de créer une structure
    juridique distincte de la personne de l’auto-entrepreneur. Vous engagez donc votre
    patrimoine personnel : si vous avez une dette à l’égard d’un de vos fournisseurs
    professionnels, il pourra se faire payer sur l’un de nos biens personnels.

Tableau récapitulatif

 SALARIE PORTEENTREPRENEUR
StatutSalariéFreelance
SocialeSécurité sociale
Droit au chômage Assurance RCP
Droit à la formation
Assurance RCPRO
Pas de chômage
Droit à la retraite limité
Droit à la formation en fonction du CA
RémunérationSalaire versé tous les moisChiffre d’affaire moins les cotisations sociales
Charges sociales50 % environ de vos honoraires22 % Prestations de services commerciales ou artisanales (BIC et BNC)   12,8 % Achat/revente de marchandises, vente de denrées à consommer sur place et de prestations d’hébergement (BIC)  
22 % Location de locaux d’habitation meublés  
6 % Location d’habitation meublée de tourisme  
22 % Activités libérales relevant de la CIPAV (BNC)
Chiffre d’affairesPas de plafondPlafond du CA (2020) :   176 200 € pour la vente de biens  
72 500 € pour les services et les activités non commerciales
TVASoumis à la TVAEn franchise de TVA jusqu’à 85 800 € et 34 400 €
Frais professionnelCertains frais peuvent être récupérésPas de déduction de frais
AdministrationAucune administration à gérerGestion par l’auto entrepreneur
Portefeuille clientVous démarchez et négociez directement mais c’est l’entreprise de portage qui facture à vos clients en son nom.Vous traitez en direct avec vos clients et facturez vos prestations ou produits.
Engagement du patrimoine personnelAucunL’auto-entrepreneur est responsable des dettes de son entreprise

Que choisir entre le statut d’auto-entrepreneur et le portage salarial

Choisir l’un ou l’autre statut est donc avant tout affaire d’aspirations professionnelles et de
concessions que le freelance est prêt à consentir.
S’il se sent en capacité de s’occuper de son activité de A à Z sans besoin d’être encadré ou
accompagné, le statut auto-entrepreneur est certainement le plus adapté des deux. Il en va de même
si son activité de freelance représente uniquement un complément de revenu, à son activité de
salarié par exemple ou si sa clientèle se compose de particuliers.
En revanche, s’il s’agit de se concentrer exclusivement sur le développement d’une activité
indépendante en tant que consultant, tout en profitant d’un environnement sécurisant ; le portage
salarial constitue le cadre de travail le plus à même de répondre à ses attentes.

Pourquoi ne pas allier les deux statuts

Comme le précise le Code du Travail, il est tout à fait possible de cumuler les deux activités. Il s’agit
d’une option prisée d’un certain nombre de travailleurs freelance. Certains commencent l’année
civile en facturant en tant qu’auto-entrepreneur et lorsque le montant de leur CA avoisine le plafond,
c’est une société de portage salarial qui prend le relai. D’autres jonglent entre les deux régimes en
fonction de la durée de leurs missions ou du type de client. Certaines entreprises de taille importante
préfèrent en effet collaborer avec des professionnels en portage salarial.
Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter nos articles sur le portage salarial et sur l’auto
entreprenariat :

À lire aussi :

Devenir auto-entrepreneur en 2021: avantages et démarches ?

Devenir auto-entrepreneur en 2021: avantages et démarches ?

Vous avez vraiment envie d’avoir le statut d’auto-entrepreneur ? Vous ne savez pas comment vous y prendre ? Pas de panique, nous allons vous donner toutes les informations nécessaires, pour devenir auto-entrepreneur, au sein de ce guide ! Prêt à en apprendre plus ?

Qu’est-ce que le statut d’auto-entrepreneur ?

Qu’est-ce que le statut d’auto-entrepreneur ?

Le régime de la micro-entreprise, que l’on connaît sous le nom d’auto-entreprise, est tout simplement une forme simplifiée d’entreprise individuelle. Ainsi, lorsqu’une personne souhaite se lancer à son compte, elle est parfaitement en mesure de le faire grâce à ce statut. La création d’une entreprise et devenir son propre patron n’a donc jamais été aussi simple que par le régime de la micro-entreprise. Néanmoins, il est important de comprendre que trois types d’activités sont exercés au sein des micro-entreprises :

  • La vente de marchandises : dans le cas ou vous effectuer une activité d’achat revente de biens sans transformation.
  • L’artisanat : il est parfaitement possible que vous décidiez tout simplement de produire des biens vous-même afin de les revendre. Il y a donc une étape de transformation, de matières premières à produit final.
  • Les professions libérales : vous pouvez exercer une activité en prestation de service, sans que cette dernière soit réglementée. Si telle est le cas, vous pouvez parfaitement avoir recours au régime de l’auto-entreprise pour exercer et déclarer vos revenus.

Comme vous pouvez le constater, le statut de la micro-entreprise est vraiment large. De plus, vous pouvez parfaitement exercer différentes activités tant que vous respectez le plafond de chiffre d’affaires en vigueur.

Quels sont les avantages du statut d’auto-entrepreneur ?

Pourquoi devenir auto-entrepreneur ?

Quelle que soit l’activité que vous allez exercer en étant auto-entrepreneur, il est important de prendre en compte que de nombreux avantages existent pour les entrepreneurs. Voici une petite liste de ces derniers pour que vous puissiez facilement vous y retrouver :

  • C’est un statut accessible à tous : vous pouvez parfaitement vous servir de cette activité comme un complément de revenu, mais cela peut également être votre activité principale si vous le désirez.
  • Pour vous inscrire en tant qu’auto-entrepreneur, il n’y a rien de compliqué. En effet, vous pouvez le faire directement depuis Internet. Néanmoins, il est également possible de contacter l’URSSAF pour réaliser votre inscription. Notons également que vous n’avez besoin d’aucun capital. Les critères pour ouvrir une auto-entreprise sont : être majeur, être une personne physique, habiter en France ou encore titulaire d’une carte de séjour.
  • Vous aurez également des charges sociales limitées : en effet, vous devrez payer des cotisations sociales tous les mois (ou de manière trimestrielle en fonction de votre choix). Néanmoins, pour vos cotisations sociales, ces dernières représentent un pourcentage de votre chiffre d’affaires.
  • Vous n’avez pas forcément un gros travail de compatibilité à fournir. De plus, vous n’avez pas besoin d’un comptable puisqu’aucun document comme le bilan ou le compte de résultat ne sont demandés. Néanmoins, quelques obligations existent : vous devez tenir un livre des recettes (et un registre des achats dans le cas d’une activité d’achat et de revente), avoir un compte dédié à son activité, une franchise en base de TVA, mais également la possibilité d’opter pour le versement libératoire au niveau de l’impôt.

En tant qu’entrepreneur, il ne faudra donc pas oublier de faire votre déclaration tous les mois ou tous les trimestres afin que l’URSSAF ou le CFE (Centre de Formalité des Entreprises) compétent puisse obtenir les cotisations sociales que vous devrez lui verser.

Bien évidemment, la première année, il est parfaitement possible de demander l’ACRE afin De bénéficier d’un pourcentage de cotisations sociales moindre.

Quelles sont les activités autorisées et exclues par ce statut ?

Quelles sont les activités autorisées et exclues par ce statut ?

Maintenant que vous connaissez les différents avantages de ce statut d’auto-entrepreneur, il est important d’avoir un projet qui puisse être correctement construit. Ainsi, certaines activités sont autorisées, tandis que d’autres ne peuvent pas bénéficier du statut d’auto-entrepreneur. Voici une petite liste de ces dernières :

  • Pour les activités commerciales : l’achat et la revente de produits et les prestations de service sont autorisés.
  • Pour l’activité artisanale : la fabrication, la transformation et la réparation ainsi que les prestations de services sont acceptées.
  • Pour les activités libérales : les activités relevant de la CIPAV et de la SSI sont autorisées.

Futurs entrepreneurs, faites attention, il est tout de même important de prendre en compte que certaines activités sont exclues : celles qui sont rattachées à la MSA, les professions libérales qui ne relèvent de la CIPAV ou de la SSI ou encore certains métiers réglementés.

Quelles sont les démarches pour devenir auto-entrepreneur en 2021 ?

Quelles sont les démarches pour devenir auto-entrepreneur en 2021 ?

Maintenant que vous avez toutes les informations nécessaires, il est parfaitement possible de vous inquiéter des formalités afin d’obtenir le statut d’auto-entrepreneur ou de micro-entrepreneur :

  • Il est parfaitement possible de faire votre demande de statut d’auto-entrepreneur en ligne. Vous devez simplement vous rapprocher de votre CFE compétent. Il n’est pas le même en fonction de la nature de votre activité. Il ne vous faudra fournir que votre carte d’identité, mais également le formulaire « P0 Micro-entrepreneur ».
  • Si vous exercez une activité commerciale ou artisanale, vous devez avoir des justificatifs supplémentaires. En effet, vous devez vous inscrire au répertoire des métiers pour une activité artisanale et vous inscrire au registre du commerce et des sociétés pour une activité commerciale.

Certains CFE proposent également une formation professionnelle afin de vous aider dans la gestion de votre auto-entreprise, le cas échéant. Vous n’êtes pas dans l’obligation de la faire, mais elle peut tout de même rester intéressante. Comme vous pouvez le constater, tous les entrepreneurs apprécient ce statut pour sa simplicité. Vous pourrez donc déclarer votre revenu tous les mois ou tous les trimestres et ainsi faire savoir combien vous devez reverser à votre CFE. Notons également qu’il est possible d’opter pour le versement libératoire pour votre impôt et ce dernier sera payé en même temps que vos cotisations sociales. N’oubliez de vous renseigner sur les nombreuses aides auxquelles vous pouvez avoir le droit, comme l’ACRE pour votre première année d’activité, par exemple.

N’hésitez pas à nous contacter pour nous exprimer vos besoins sur des aspects : juridique, social, fiscal, gestion en plus de la création de votre statut d’auto-entrepreneur. Nous essayons de nous améliorer chaque jour pour avoir l’assurance de vous aider au mieux.

Envie de trouver la solution adéquate à votre situation ? Contactez-nous directement ou commencer par découvrir le portage salarial, permettant de cumuler les avantages du freelance et ceux du statut de salarié: Qu’est ce que le portage salarial ?