Reconversion professionnelle, toutes les aides

Reconversion professionnelle, toutes les aides

🧨 Comment se reconvertir en étant salarié ?

Comment se reconvertir en étant salarié ?

Les demandeurs d’emploi et les employés ne bénéficient pas des mêmes mesures ni de la même aide à la reconversion. La méthode n’est pas non plus la même : alors que la formation est généralement le seul moyen pour un demandeur d’emploi de trouver un emploi, un employé peut prendre le temps d’élaborer son projet tout en conservant un salaire. Voici peut-être un examen plus attentif des mesures dont dispose le personnel.

Le CIF

Le Congé Individuel de Formation (CIF CDI ou CIF CDD) vous permet de suspendre votre contrat de travail pour suivre une formation d’accompagnement. La durée minimale du CIF est de trente heures et la durée maximale est d’un an (pour un accompagnement à temps plein), ou de 1200 heures (pour un accompagnement à temps partiel).

Pour faire appel à un CIF, vous devez vous renseigner auprès du service de votre unité de temps, de l’OPCA dont dépend votre entreprise ou d’un organisme d’accompagnement.

Le CPF

Le compte personnel de formation a été mis en place le 1er janvier 2015. Il doit être activé en ligne par l’employé sur le site officiel dédié. Il reçoit ensuite un nombre d’heures de formation dépendant de son nombre d’années d’activité : vingt-quatre heures de formation par an de travail régulier, jusqu’à ce qu’un palier de cent vingt heures soit atteint.

Une fois le palier atteint, l’employé passe à douze heures par année d’activité, jusqu’à ce qu’il atteigne le nombre d’heures de formation maximum, à savoir 150 heures.

Les heures non utilisées vont être converties en heures d’accompagnement.

La période de professionnalisation

Cette période qui vous est allouée peut être utilisée pour vous entraîner tout en continuant à travailler. Elle vous permet d’acquérir une qualification qui correspond « aux désirs prévisibles de l’économie à court ou moyen terme » : elle doit servir à actualiser vos compétences, pour autant qu’elles soient utiles à l’entreprise. La durée est d’environ trente-cinq heures sur douze mois pour les entreprises d’au moins cinquante salariés et de soixante-dix heures pour les entreprises d’au moins 250 salariés. L’OPCA appelé maintenant OPCO finance cette formation.

🧨 Quel organisme peut financer ma formation ?

Quel organisme peut financer ma formation ?

Pour les personnes en situation de CDI

  • Le CPF
  • Le CIF

Pour les personnes en CDD

  • Le CIF peut également être utilisé par les personnes en contrat à durée déterminée avec des conditions qui leur sont propres. Elles doivent en outre le prendre un an après la fin de leur dernier contrat à durée déterminée, justifier d’un minimum de vingt-quatre mois de contrat au cours des quatre dernières années et d’un minimum de quatre mois de travail au cours des douze dernières années.
  • Le CPF (l’accompagnement doit avoir lieu après la fin du contrat et moins d’un an après la fin du dernier contrat.

Pour les demandeurs d’emploi

Le demandeur d’emploi utilisera les heures non utilisées de son CPF. La seule condition est que l’accompagnement demandé corresponde à une priorité fixée par les partenaires sociaux et les pouvoirs publics. Une formation rassemblant un socle d’informations et de compétences actuellement appelé Cléa (anciennement Socle de Compétences) fixé par l’Accord National Interprofessionnel (ANI) est également possible.Plusieurs disciplines seront alors abordées: maîtrise du français, compétences scientifiques de base, compétences en informatique, etc.

🧨 Quelles aides pour une reconversion ?

Quelles aides pour une reconversion ?

Les aides à la reconversion des salariés

Lorsque vous êtes employé, il existe quatre aides à la reconversion professionnelle permettant le maintien de salaire :

  • Le Compte Personnel de Formation (CPF) :

Auparavant appelé DIF, le CPF peut être un système de financement public de la formation continue, censé s’adresser à tous les employés qui souhaitent se former. Fonctionnant au départ sur le principe du volume horaire (n’autorisant alors que les formations courtes), le CPF a été réformé avec la loi  » Pour la liberté de régler son avenir professionnel  » de 2018.

Il fonctionne actuellement sur le principe de l’accumulation. Le travailleur accumule 500 €/an sur son CPF pour un emploi à temps plein, avec un plafond fixé à 5 000 €.

L’avantage du CPF : avoir la possibilité d’effectuer des formations tout en maintenant ses revenus.

Le PDC est initié et procuré par le dirigeant, dans le but de développer de nouvelles compétences au sein de l’entreprise. Il est donc essentiellement associé au secteur d’activité du salarié. Dans le cadre d’un PDC, le travailleur conserve son salaire, et tous les frais supplémentaires sont pris en charge par l’entreprise.

  • Le CPF (ancien CIF) :

Déclenché à l’initiative de l’employé, le CPF est valable quel que soit le domaine d’activité et le métier choisi pour la reconversion professionnelle. Sa mise en œuvre nécessite l’accord d’un employeur, et permet le maintien de la rémunération pendant toute la durée de la formation. Les formations sont dispensées de manière régulière ou à temps partiel, de manière continue ou discontinue.

  • Le Pro-A :

Pour combiner le développement des compétences et le maintien de l’emploi sans perte de salaire, le Pro-A pourrait être une résolution complémentaire au CPF pour encadrer la tâche pendant les heures de travail. Le Pro-A est souvent initié par le travailleur ou le dirigeant.

🧨 Qui finance une reconversion professionnelle ?

Qui finance une reconversion professionnelle ?

Depuis le confinement, la reconversion professionnelle semble intéresser beaucoup de pays. Besoin de changer de métier, besoin de pimenter sa carrière professionnelle, ou tout simplement besoin d’être en accord avec ses valeurs…, il existe plusieurs raisons qui poussent les travailleurs à se reconvertir et à changer de métier.

Cependant, céder son emploi et s’engager dans une nouvelle voie implique généralement de prendre en considération de nombreux paramètres, dont l’un des plus nécessaires est celui de l’argent. Si certains porteurs de projet privilégient l’autofinancement, cela reste un choix associé qui n’est pas simplement accessible à tous. Si vous ne pouvez pas vous autofinancer, vous pouvez avoir recours à certaines aides citées plus tôt, ou alors utiliser des méthodes, comme celle décrite ci-dessous.

Démissionner, et toucher les allocations chômage

Promesse de campagne du président Emmanuel Macron, démissionner pour toucher les allocations est possible depuis 2019. En effet, depuis l’entrée en vigueur de cette loi  » Avenir professionnel « , un employé démissionnaire va pouvoir être rémunéré à condition qu’il présente un projet de reconversion nécessitant un accompagnement ou un projet de création ou de reprise d’entreprise.

Le projet de reconversion professionnelle de l’employé démissionnaire doit cependant être jugé réel et élevé par la Commission Paritaire Interprofessionnelle Régionale (CPIR) et par le Fongecif. Pour ce faire, l’employé qui s’apprête à démissionner doit d’abord demander l’appui du Conseil en Évolution Professionnelle (CEP) pour mettre en forme le projet et construire un véritable dispositif d’action.

🧨 Comment se faire financer une formation ?

Comment se faire financer une formation ?

Financement de ma formation avec la CAF

La CAF est responsable du paiement mensuel du RSA, mais également du suivi des bénéficiaires.

Cependant, la CAF n’est pas responsable de la vie professionnelle, même si elle verse des allocations aux personnes sans emploi.

En effet, la CAF n’est pas une entreprise qui a les compétences monétaires pour prendre en charge l’insertion professionnelle des demandeurs d’emploi bénéficiaires du RSA.

Le RSA peut être un gain financier de droit commun versé aux licenciés qui sont arrivés en fin de droit et qui ne semblent pas bénéficier de l’Allocation de Solidarité Spécifique (ASS).

Il leur permet de bénéficier d’un minimum vital en fonction de leur situation familiale. Depuis le 1er avril 2020, son montant est de 564,74 euros pour une personne et de 847,7 euros pour une famille.

Ainsi, pour y avoir droit, les conditions suivantes doivent être remplies:

  • Etre français ou résider légalement en France depuis 5 ans ou plus
  • Avoir plus de 25 ans et moins que l’âge minimum légal de départ à la retraite
  • Ne pas être étudiant, stagiaire, en congé parental ou sabbatique sauf si l’on élève seul un ou plusieurs enfants.

En outre, pour les jeunes de moins de vingt-cinq ans qui sont sans emploi et n’ont pas d’argent, il existe une aide spécialement pour eux : le RSA jeune. Les demandes sont créées sur le site internet de la CAF, sur le lieu de travail de la CAF de votre domicile ou par courrier. Le RSA est accordé pour trois mois et est réactivé sur la base des déclarations trimestrielles du bénéficiaire.

Financement de ma formation avec le RSA

La CAF est responsable de la gestion des demandes de RSA, de son versement mensuel et du suivi au jour le jour du bénéficiaire.

En effet, le RSA peut être un gain financier de subsistance versé aux employés licenciés qui ne semblent pas bénéficier de l’Allocation de Solidarité Spécifique (ASS).

Il leur assure un gain financier minimal de subsistance en fonction de leur situation familiale.

En plus de l’aide, les bénéficiaires du RSA reçoivent un soutien pour leur réinsertion :

  • Dans un Projet Personnalisé d’Accès à l’Emploi (PPAE),
  • Dans un Contrat d’Engagements Réciproques (CER).

Un référent est attitré à l’allocataire. Sa mission est d’aider l’allocataire à remplir ses obligations et à trouver un emploi. Selon les cas, ce référent peut aussi être un travailleur social ou un agent de Pôle emploi. Dans le cadre de son orientation professionnelle, l’allocataire peut envisager un projet d’accompagnement avec son référent afin de développer ses compétences.

À lire aussi:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *